Depuis quelques années, on assiste à un retour des demoiselles d’honneur durant les mariages. 

L'origine du rôle de demoiselle d'honneur
C’est dans l’antiquité romaine qu’il se trouve les origines de cette coutume. Les mariés se rendaient à l’église accompagnés d’un cortège de jeunes gens du même âge habillé de manière identique au futurs époux. On pensait que de cette façon, les mauvais esprits ne pourraient pas différencier les jeunes mariés du reste du groupe et ne pourraient pas s’attaquer à eux. Ils seraient ainsi épargnés par les malheurs. 

Cette coutume est devenue très forte dans les pays anglo-saxon à partir du 18ème siècle. L’idée était de mettre en avant les jeunes filles à marier.
 
Etre une demoiselle d'honneur aujourd'hui
De nos jours, les demoiselles d’honneur ont un rôle bien moins symbolique. Elles sont généralement présentes pour soutenir la mariée et sont choisies parmi la famille et les amies. Généralement, elles participent activement à la préparation du mariage et au déroulement de celui-ci, même si elle est principalement un soutient moral pour la future épouse. 

Dans les pays anglo-saxons, c’est une coutume très forte. Dans les films ou à la télévision, toutes les scènes de mariages montrent une ou plusieurs demoiselles d’honneur. Pourtant, ce rôle n’a pas toujours une très bonne image et elles sont vite vues comme des vieilles filles. D’ailleurs, l’expression anglaise «  toujours demoiselle d’honneur, jamais mariée » est une façon ironique de qualifier quelqu’un qui n’a pas d’ambition pour accomplir quelque chose. 

En France, cette coutume est peu répandue, au profit des enfants d’honneur. En effet, on choisit dans la famille des futur mariés des petites filles et des petits garçon qui auront pour mission de jeter des pétales de fleurs sur l’allée centrale, de porter les alliances ou la traîne de la mariée. De nos jours et avec l’influence des coutumes américaines, les jeunes femmes ont tendance à choisir des demoiselles d’honneur dont le rôle dépasse celui de rester bien sagement à côté de la mariée.